Auteur jeunesse

Sept jours pour survivre

Lu et approuvé !

Sept jours pour survivre

Tout est dans le titre, pas de tromperie sur la marchandise : on va en baver. Ici on se fait enlever, séquestrer, torturer (psychologiquement), on manque de se faire violer, de périr manger par un ours, de se prendre des coups de pelle, de s’engloutir dans un lac à moitié gelé, on rampe dans la neige, on déchiquète une grive avec les dents dans un besoin irrépressible de protéiner son régime alimentaire, on appelle la délivrance de la mort dans l’engourdissement glacial du Grand Nord.

Super, la joie.

Nathalie la pimpante

Comment imaginer en rencontrant Nathalie Bernard, œil étincelant de malice, sourire qui ne demande qu’à virer au rire, qu’elle puisse prendre un soin si méticuleux à faire endurer les pires tourments à son héroïne ? « Quand ton personnage est à terre, frappe-le. » dit l’adage du bon scénariste sadique. Elle applique avec brio ce précepte et me glace le sang au passage. Je la revois décortiquer avec gourmandise ses langoustines au salon du polar du Goéland Masqué. Brrr… un frisson rétrospectif me gagne.

Nous participions à la même table ronde autour de « l’écriture noire » pour les adolescents. Chacun présente ses ouvrages se rattachant au genre : Time Zone pour moi, Sept jours pour survivre pour elle. L’idée est si simple : une jeune fille après avoir échappé à son ravisseur doit survivre dans le Grand Nord des jours durant en slalomant entre les ours, les loups, la faim, le froid. Pas pour moi ce genre d’histoire, pensai-je. Nathalie raconte alors qu’en travaillant à l’écriture du roman, elle en a appris beaucoup sur les Amérindiens et le racisme dont ils sont les victimes encore aujourd’hui.

Bingo, ce n’est toujours pas pour moi, mais pour ma fille ! Cette histoire de survie qui traite de la thématique du racisme, on nage en plein dans ses centres d’intérêt actuels. J’achète l’ouvrage, le fais dédicacer, poursuis la discussion avec Nathalie après la table ronde. On parle écriture, tambouille d’écrivain et fantasme de l’isolement pour travailler tranquille. Madame possède une cabane rien qu’à elle pour se retirer du monde et composer ses romans dans la quiétude d’un fond de jardin. Comme je l’envie !

Nita la survivante

L’histoire pourrait en rester là. J’offre le livre à ma fille qui se l’avale en moins de vingt-quatre heures et ne cesse de m’en parler durant une semaine (l’idée me vient d’écrire : « Sept jours pour survivre au compte-rendu de lecture de Sept jours pour survivre »). Elle me tanne pour que je le lise à mon tour, je cède et comprend vite son engouement : la construction (faussement simple), la prose rapide, économe et efficace, la façon de brosser à gros traits les personnages pour les rendre attachants sans ralentir l’action, tout cela donne une lecture tout à fait plaisante et prenante.

Je n’affectionne pas le genre, je l’avoue, mais comme la cible est ici le lectorat ado on évite certains passages complaisants dans le trash ou le sordide qui n’auraient pas manqué d’émailler le récit s’il avait été destiné à un public adulte. Ici, le pire est suggéré (ce qui est toujours préférable, on s’épuise à le dire) et l’auteure trouve une multitude de petites choses pour montrer le froid, l’épuisement, le découragement, la douleur. Chaque scène fait mouche, comme ce court passage où l’héroïne fait pipi dans la neige et comprend, devant les difficultés rencontrées, qu’elle est au bout de ses forces morales et physiques.

Le suspens tient jusqu’au bout avec au passage des pistes de réflexion qui s’ouvrent ci et là que le lecteur est libre de prendre ou de laisser de côté. On y parle de l’adolescence, du racisme, de l’atavisme, de la culpabilité, de l’accomplissement de soi, de l’importance des origines… Nathalie Bernard pose aussi une question morale fascinante et glaçante à travers tout un passage du roman (celui qui m’a le plus accroché) : doit-on sauver la vie d’un salaud si on le peut ? Doit-on le faire au péril de sa propre vie ? Est-ce que je deviens moi aussi un salaud si je le laisse crever ? Je vous laisse cogiter et vous encourage à lire Sept jours pour survivre pour nourrir votre réflexion !

Brrr...
Prévoir un bonnet et une écharpe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *